Loger chez l'habitant : vos témoignages sur le couchsurfing

 Loger chez l'habitant : vos témoignages sur le couchsurfing © A.F.

"La première fois que j'ai fait du couchsurfing, j'avais du mal à croire que j'allais vraiment loger chez l'habitant gratuitement !", raconte Sofiane. Cette expérience lui a donné envie d'accueillir à son tour des personnes souhaitant couchsurfer. Comme elle, Loïc et Agathe ont testé. Ils témoignent.

Alternative originale à l'hôtel, le couchsurfing est de plus en plus pratiqué. Pour cela, il suffit de vous inscrire sur le site Internet dédié, soit pour accueillir des gens de passage, soit pour être hébergé loin de chez vous, sans frais, sur un canapé ou dans une chambre d'amis. Vous pouvez aussi simplement accorder un peu de temps à une personne qui voudrait visiter votre ville, sans qu'elle dorme forcément chez vous ! Le plus ? Un contact privilégié avec la culture locale.

Sofiane, 25 ans, couchsurfeuse et hôte (Marseille) :

Ce qu'elle en retient :
"Quand les hôtes jouent vraiment le jeu, le couchsurfing permet de visiter une ville en sortant du circuit touristique."

Lieux  :
"En tant que couchsurfeuse à Seattle aux États-Unis pendant 3 jours à l'âge de 22 ans et en Nouvelle-Zélande, à deux reprises, sur des périodes courtes à l'âge de 24 ans. En tant qu'hôte à Vancouver où j'ai accueilli une dizaine de personnes, souvent seules, sur une période de 2 mois."

Meilleur souvenir :
"La fille qui devait nous recevoir à Seattle n'était pas très disponible et a demandé à des amis de s'occuper de nous quand elle travaillait. Ils venaient nous chercher, nous emmenaient partout, notamment dans de nombreux lieux qui ne figuraient pas dans les guides !

En tant qu'hôte, je n'ai eu que de bonnes expériences. Je sélectionnais les gens en fonction de la langue, du degré de personnalisation de leur demande pour loger chez l'habitant et des appréciations sur leur profil."

Pire galère :
"En Nouvelle-Zélande, mon hôte a annulé au dernier moment. J'ai finalement été reçue avec une amie par quelqu'un que j'avais hébergé à Vancouver. Il accueillait  les gens dans une habitation qui ressemblait un peu à un squat, avec des vitres cassées..."

Loïc, 27 ans, hôte (La Réunion) :

Ce qu'il en retient :
"Plus qu'un lit ou une douche chaude, les  gens qui veulent couchsurfer cherchent à faire des rencontres pour mieux découvrir les lieux !"

Lieux :
"En tant qu'hôte, à Saint-Quentin dans l'Aisne, à 23 ans, puis à deux reprises à La Réunion où je vis depuis plus de 3 ans."

Meilleur souvenir :
"Quand j'ai reçu un couple qui commençait son tour du monde par La Réunion. Ils sont restés quatre jours et je leur ai vraiment montré tout ce qu'il y avait à voir sur cette durée."

Pire galère :
"Mon premier accueil ! J'étais en coloc et nous nous étions dit qu'il pourrait être amusant de recevoir quelqu'un. Finalement, nous avons hébergé, pendant environ une semaine, un couchsurfeur qui a vidé notre frigo et n'a fait aucun effort pour que l'échange soit intéressant."

Agathe, 27 ans, couchsurfeuse et hôte (Berlin) :

(sur notre photo avec l'un de ses hôtes à Belgrade, en Serbie)

Ce qu'elle en retient :
"Le couchsurfing est l'occasion de faire connaissance autrement avec les villes que nous visitons."

Lieux :
"Une nuit chez un Polonais à Breslau, deux chez un Hongrois à Budapest et deux chez un couple de Serbes à Belgrade, à 26 ans. J'ai aussi reçu une New Yorkaise et plusieurs de ses connaissances quand je vivais à Paris."

Meilleur souvenir :
"Sans hésiter : Belgrade ! Au bout de 10 minutes, il y avait déjà un super feeling. Le deuxième soir, on a été au resto avec nos hôtes et une quinzaine de Serbes fêter un anniversaire ! Loger chez l'habitant nous a permis de beaucoup apprendre : on a parlé de la guerre passée, du Kosovo, de l'Eurovision et de musique. On a goûté des spécialités locales à tomber par terre... Depuis, nous sommes restés en contact et j'espère les revoir, chez eux ou chez moi !"

Pire galère :
"Pas de vraie galère puisque tout s'est finalement bien passé, mais une grosse appréhension en arrivant à Breslau. Le quartier n'était pas très engageant, les colocs de notre hôte n'avaient pas l'air sympathiques et on a dormi à trois dans une toute petite chambre".

De la vigilance pour le couchsurfing !
Vous êtes tenté par le couchsurfing ? Soyez prudent et consultez bien, avant de vous engager, les appréciations laissées sur le profil des couchsurfeurs et hôtes sur le site internet ! Et si vous pouvez être à deux, c'est encore mieux !

Virginie Gruenenberger

Besoin de rencontrer un conseiller ?

Infos et conseils prés de chez vous dans tout le réseau Information Jeunesse...

Plus de 1 500 centres d'information Jeunesse vous accueillent à travers toute la France.

 

FAQ
Dois-je prendre des assurances pour voyager?

Oui. Les assurances sont vivement conseillées, notamment pour les annulations, le rapatriement en cas de souci... Mais vérifiez bien que vos autres assurances (logement, voiture...) ne vous couvrent pas déjà pour ces situations : cela vous évitera de payer deux fois pour la même chose !

Vie pratique
Que dois-je faire pour être accueilli gratuitement chez l'habitant?

Vous devez vous inscrire sur le site Couchsurfing.org, qui recence tous les hôtes par région et pays. Ensuite, consultez les différents profils et les commentaires des autres couchsurfers pour éviter les mauvaises surprises, puis à contactez-les en personnalisant votre message. Enfin, attendez leur réponse !

Vie pratique
Le couchsurfing est-il payant?

Non. Le but du couchsurfing est de partager un moment avec un habitant de la région que vous visitez, mais il n'est pas question d'argent. Il peut vous accorder quelques heures de son temps pour vous faire visiter sa ville en dehors des sentiers touristiques, et même vous héberger pour une nuit ou plusieurs, gratuitement, selon votre accord de départ.

Vie pratique
Dois-je payer pour obtenir un permis ou un visa vacances travail?

La plupart du temps oui, mais cela dépend des pays. Renseignez-vous sur le site de l'ambassade du pays dans lequel vous souhaitez partir. Attention, on vous demande aussi de disposer d'une somme relativement importante sur votre compte bancaire au moment de votre demande. Cela afin de ne pas vous retrouver sans argent quand vous n'avez pas de job.

Vie pratique
Puis-je négocier les prix de mes achats et du logement à l'étranger ?

Oui, mais pas partout. Seulement dans les pays où cela fait partie de la culture locale (Maroc, Turquie, Tunisie, Thaïlande, Indonésie, Inde...). Vous le verrez vite sur les marchés : les commerçants vous demanderont combien vous souhaitez payer pour ce que vous regardez.

Vie pratique